Les dents de la sagesse

← Retour au journal

février 2019

Overdose de gris

La région n'est pas vraiment propice à la légèreté. J'ai envie d'été, d’Andalousie, de fashion week, de fêtes, d'amis et de champagne. Mon père a reçu quelques résultats, tous négatifs. Mon père cette énigme, décidément. Même pour le corps médical il reste un mystère. Je suis tout de même soulagée... Même s'il serait plus sage d'attendre la totalité des résultats d'examen pour ça. Je tourne en rond ici. L'hiver rude et paralysant, je ne connaissais pas. Je dois avouer que ça a un certain charme. Je comprends mieux le caractère posé et mesuré des habitants (...)

Gueule de bois

Hier Jean donnait un concert avec son groupe. J'adore le voir jouer, c'est un musicien exceptionnel. On reconnait son jeu entre mille. A la basse il apporte de la sensualité et de l'élégance, j'y retrouve la toile de fond enivrante et vénéneuse des meilleurs morceaux de Gainsbourg. Cependant l'ambiance du concert était étrange. Un peu familiale, un peu "locale", les spectateurs étaient très gentils et bienveillants bien que timides et gênés... ça change des concerts parisiens. Ensuite on est allé boire des coups avec les musiciens. Idem pour l'ambiance. Un peu familiale, un peu (...)

(S)Ex

Ces derniers jours j'ai été contactée par différentes connaissances que nous avions en commun avec Kylian, mon ex mari. Il est accusé de violences par sa dernière copine. Je ne sais pas trop quoi en penser ni comment agir. Les gens essaient de me tirer les vers du nez, de savoir s'il a aussi été violent avec moi... Et je prends bien soin de ne rien dire. Mon mariage avec lui, ça ne regarde que lui et moi. Alors oui, à la fin de notre relation nous avons connu de très violentes disputes. Mais si chaque homme ayant un jour connu des disputes lors de ses ruptures devient un homme (...)

Suivez le lapin blanc

Quelle journée étrange. Je me suis levé tôt et je suis sortie sans prendre de douche ni même me maquiller, ce qui est très inhabituel de ma part. J'ai juste enfilé ma grosse parka et mes rangers. J'ai sorti Nouchka. Un vieille conne m'a hurlé de sa fenêtre qu'elle en avait marre des merdes de chiens au moment même où j'étais en train de la ramasser. J'ai eu envie de la lui balancer à la figure. Je suis aller chercher un colis en point relais, le colis n'y était pas. Le responsable en a profité pour me sortir le grand jeu, me proposer son numéro perso... Bref la drague bien (...)

Tuer une bonne fois pour toute une relation toxique.

J'utilise plus ou moins régulièrement les réseaux sociaux, majoritairement pour mon travail artistique, mais aussi pour partager des choses plus personnelles, surtout depuis que je vis loin de mes amis. Si vous utilisez instagram vous savez qu'il est possible de poster des "stories" disponibles à la vue de tous pour un temps limité (bon, tout dépend des paramètres mais je ne suis pas là pour faire le descriptif technique d'instagram)... Et cela fait des mois et des mois que je vois régulièrement Jessica regarder mes stories. Je n'ai plus aucune de ses nouvelles, elle n'a fait aucune (...)

Vomir, pardonner.

On a passé notre samedi malades avec Jean. Vendredi soir les voisins étudiants sont venu boire des bières à la maison. On a tendance à oublier qu'on est vieux et l'assortiment de paquets de chips qu'ils avaient prévu nous l'a rappelé! On est loin de nos apéros dînatoires avec tapas et plateau de fromages. Donc quand ils sont partis nous étions morts de faim. j'ai bricolé un truc avec des restes, j'étais pompette, je n'ai pas hésité à me servir dans les sachets de sauce qui traînent dans la porte du frigo depuis des lustres. C'était hyper bon donc on ne s'est pas méfié... et (...)

La minute pouffe

Malgré ces temps un peu troublés et peu propices à la légèreté, j'ai le plaisir de me réconcilier avec mon image. Depuis ma tentative de suicide c'était catastrophique. Je m'étais perdu, je ne me sentais pas forcément laide... Mais je ne savais plus trop à quoi je ressemblais. J'ai eu toute ma vie les cheveux très longs et pendant une crise d'angoisse je les avais coupé très courts. Tout le monde me complimentait et me comparait à Winona Ryder... Mais je ne me reconnaissais plus. J'ai vécu le complexe de Samson. C'était de l'autodestruction pure. Puis au début de ma relation (...)