Les dents de la sagesse

Insomnie

Me voilà dans ma belle famille, à près de 5h du matin, sous le même toit que 4 enfants, véritables bombes à retardement prêtes à semer le chaos dans toute la maisonnée au moindre bruit. Tout cela serait sans importance si j’arrivais à dormir mais me voilà condamnée à fixer le plafond dans le noir depuis près de 6h. Mon ordinateur se trouve dans ma valise. Impossible à accéder sans prendre le risque de réveiller un petit. Alors j’écris sur mon téléphone portable.

Je me fais des noeuds au cerveau. Ces derniers jours ont été durs. Avec Jean nous avons du nous rendre chez ma mère et mon père pour des raisons notariales auquelles je n’ai de toute façon rien compris. La torpeur s’est rappellée à moi…
J’ai peur d’avoir fait un pas en arrière. Grosse crise de confiance en moi. La voir, les voir, a rouvert la faille. Au moins pour l’instant. Je suis très préoccupée et inquiète. J’ai pris des décisions qui excluent que je coupe totalement les ponts d’avec eux… Je ne l’ai jamais totalement envisagé je crois… Mais tout de même. Je me sens prise au piège et vulnérable. Ma mère est entré dans la chambre où je dormais alors que j’étais au lit, elle m’a dit quelques banalités en s’énervant… Je ne saurais dire ce qui dans ce moment là m’a tout rappellé mais c’était atroce. J’aurais pu vomir. Jean m’a dit avoir vu, entendu, compris des choses suite à ce séjour, il me soutien de tout son être et me confie tout son amour sans retenu. Cela me remplit de joie mais en même temps je meure de honte qu’il me voit sous ce jour là. Qu’il voit un peu de cette réalité là. J’ai honte. Comme toujours.

Difficile de rester sympa et accessible avec les beaux parents et les belles soeurs/beau frère, encore plus difficile de lier des relations avec les petits alors que les occasions sont rares. Je suis préoccupée et dans mes pensées. Je tâche de faire bonne figure… J’espère que c’est convaincant. Je ne profite de rien...Tout cela tombe très mal et je culpabilise beaucoup. Je me sens faible, friable, délicate et chiante.

Je suis très anémiée et toujours au bord de l’étourdissement pour ne rien arranger. Je suis allé chercher réconfort auprès d’une pharmacienne un peu dépassée qui m’a conseillé un complément en fer (à 15 balles!) et du repos, qui m’a un peu rassuré aussi. Je me sens dépassée. J’aimerai un signe que tout va bien se passer, que je vais reprendre confiance et continuer la fantastique avancée entamée il y a quelques mois.

Dans un autre registre : Jean est l’homme de ma vie. On va se marier. Je l’aime et je ne veux que lui jusqu’à la fin des temps.