Les dents de la sagesse

Catharsis

Malgré la douleur intense (la journée d’aujourd’hui a été particulièrement difficile à vivre) j’ai tout de même passé une bonne journée. J’ai développé des photos, dont une avec beaucoup de soins. Je suis très contente de cette photographie. J’ai réussi là où je bloquais depuis plusieurs mois, je suis soulagée. Je vais pouvoir travailler de nouveau sur ma série. J’ai terminé les plans de l’atelier, j’attends une petite rentrée d’argent pour pouvoir me lancer dans les travaux du décors. Après toutes ces années je vais enfin avoir un studio à domicile ! Pouvoir m’exprimer librement, ici, avec mes proches, à travers mon travail… Tout cela est très libérateur.
Nous avons des projets artistiques avec Jean qui m’inspirent particulièrement. Depuis que nous ne vivons plus à Paris tout est beaucoup plus simple. Être enfin logés correctement pour 400 euros de moins par mois, avec 40 mètres carré de plus… ça débloque beaucoup de choses.
Je suis impatiente d’être enfin opérée pour pouvoir vivre pleinement mes journées. La douleur devient vraiment insupportable.

Ces prochains jours je vais essayer de publier régulièrement des textes dans lesquels je raconterai ma dépression, la drogue, même mon enfance (ça serait bien, je crois). Je veux raconter tout ça. Pour l’extirper de moi. Pour m’en libérer.